Brigitte Macron : Une maman trop dure envers ses enfants ?

Depuis quelques années, Emmanuel Macron dirige la France en tant que président. À ses côtés se trouve sa femme Brigitte Macro avec le titre de première dame de la République française. En dehors des occupations officielles, le couple mène une vie privée et de famille modeste. Parlant de vie familiale, le couple Macron n’a pas encore d’enfants. Mais la première dame Brigitte Macron en avait de sa précédente union. Serait-elle une maman trop dure avec ses enfants ? La réponse dans cet article.

Brigitte Macron est mère de trois enfants

Avant son union avec Emmanuel Macron, l’actuel président de la République, Brigitte Macron a eu trois enfants de sa précédente union avec André-Louis Auzière. Ce dernier était un banquier. Brigitte a donc eu premier Sébastien Auzière en 1975, Laurence en 1977 et Tiphanie en 1984.

Avec ses trois enfants, Brigitte Macron a plutôt une bonne figure maternelle. Aujourd’hui, elle est sept fois grand-mère et elle avoue être très heureuse. Dans une interview accordée à RTL, elle affirme être structurée avec la venue de ces trois enfants. Plus loin, elle confie qu’a son premier accouchement. Vous pouvez faire des recherches pour plus d'informations sur la première dame.

Brigitte Macron, une mère un peu dure avec ses enfants

Dans ses apparitions publiques, ses sorties, actualités et autres, Brigitte Macron parait discrète, mais bien impliqué. Elle joue parfaitement son rôle de première dame à côté d’Emmanuel Macron et continue d’être présente pour ses enfants. Ces derniers ont d’ailleurs approuvé son union avec l’actuel président français. Dans son rôle maternel, Brigitte Macron est un peu dure avec ses enfants.

C’est ce qu’elle avait confié à Paris Match dans une interview. Pour elle, il est important de rester stricte sur l’éducation des enfants. Raison pour laquelle elle avoue être plus cool avec ses élèves, en tant que professeure, qu’avec les enfants à la maison.

Brigitte Macron stricte, mais pas sévère

Si la première dame avoue qu’il faudrait être stricte concernant l’autorisation des enfants, elle n’est pas pour autant sévère. Le lycée Saint-Louis-de-Gonzague à Paris dans lequel elle enseigné en 2006 l’a décrit plutôt comme une enseignante souriante, optimiste et naturellement imposante. Alors, en plus de la rigueur qu’elle s’impose pour élever les enfants, elle rajoute une autorité plus renforcée.